Regard croisés sur la solidarité internationale : un chemin pour deux parcours

Maud et Jessica, nous partage leurs expériences d’étudiante et de psychomotricienne en solidarité internationale, dans ce témoignage à deux voix plein de sincérité.

——————————-

Depuis le lycée,  suite à de vieux démons qui ont marqué mon enfance j’ai ce besoin de comprendre le milieu médical et humanitaire qui m’attire tant.

Les deux milieux ont alors pu se lier quand un homme est intervenu dans ma classe de seconde en nous parlant de l’humanitaire sous toutes ses formes. J’ai levé la main et demandé si les psychomotriciens pouvaient faire de l’humanitaire, l’homme m’a répondu : » bien sûr ! On en cherche beaucoup » j’étais enchantée jusqu’à ce que mon professeur de biologie m’arrête en me disant :  » mais enfin, pour être psychomotricienne il faut un BAC S et pas ST2S » j’ai pris cette phrase comme un défi et obtient mon diplôme en 2014.

En 2011 j’intègre ma première année de psychomotricité, au début de celle-ci, l’association PEA intervient en amphithéâtre pour se présenter. C’est d’abord l’appel du voyage qui m’a attiré, puis les réunions ont confirmé mon intérêt d’autant plus que pas mal de mes amis de promotion se sont aussi investis dans l’association. Avec le recul et malgré les préparations, je pense que je n’étais pas prête pour ce qui m’attendait, je n’avais jamais rencontré réellement de personne en situation de handicap avant cette mission.

Sur place, les handicaps rencontrés étaient assez lourds. Il y avait des cas s’apparentant à de l’hospitalisme, du polyhandicap lourd et peu de moyen humain et de matériel. Les professionnels sur place ont aussi considérés notre arrivée comme un moment où ils pouvaient se décharger des enfants. On pouvait observer des situations de désintérêt et de « maltraitance » de la part des professionnels. Avec pour seul bagage nos cours théoriques. Nous avons vite été mises en  situations. Aujourd’hui, je me dis que partir dès la première année est précipité, la première rencontre avec les institutions doit se faire de façon accompagné comme cela nous les proposé dans notre formation.

Une fois diplômée j’ai cherché à m’investir dans une mission de solidarité avec une amie de ma promotion, Jessica. Nos recherches internet n’étaient pas satisfaisantes, les missions étaient trop chères, pas dans nos intérêt, etc… C’est par le bouche à oreille que nous avons trouvé exactement ce que nous cherchions au centre de Thanh tan   au Vietnam une mission ou nous ne payons que les billets d’avion et ou les psychomotriciennes se succèdent et avec qui nous avons parlé des projets mis en place avant et ceux à penser.

Je ne pensais pas m’engager de nouveau dans une mission humanitaire. Ma troisième année a été très compliquée, mon stage de fin d’étude désastreux, j’ai passé mon année à être observatrice sans pouvoir intervenir dans les séances. J’ai alors perdu toute confiance en moi, en mes capacités à être une bonne professionnel. Envisager que dans quelque mois j’allais devenir psychomotricienne et adulte m’effrayait. J’ai rencontré Maud et nous avons décidé de se projet ensemble. L’idée de fuir la France,  fuir cette année difficile, fuir les jugements sur ma pratique était autant de raisons qui m’ont poussé à investir le projet.

Nous somme partie 6 mois après notre diplôme pour faire du bénévolat 5/7 jours avec des horaires scolaires. L’école spécialisée est tenue par des bonnes sœurs dont les plus anciennes parlent français car elles ont été formées en France. La relation de cette école avec la France est forte, une bonne partie des fonds sont français et de nombreux bénévoles sont francophone (une canadienne physiothérapeute , un médecin luxembourgeois…). Nous proposons principalement des ateliers en groupe autour de jeux, le jeu de type récréatif et le groupe sont deux choses très peu courantes dans les propositions des intervenants Vietnamiens. Nos objectif étaient centré autour du jeu, afin d’aborder la motricité globale, les règles et limites et le travaille en groupe et considérer l’autre et ses choix, la spontaneité aussi qui est très difficile dans ce type de culture)

Nous sommes intervenues auprès d’un public d’enfants déficients intellectuels et polyhandicapés. Nous avons eu deux semaines d’observation et nous préparions les séances avec les bonnes sœurs. Cela m’a énormément rassurée. Puis je me suis rendu compte que Maud avait les mêmes connaissances que moi, sensiblement les mêmes idées j’ai petit à petit repris confiance en moi.

Nous avons aussi proposé deux formations aux enseignants et aux physiothérapeutes sur la psychomotricité et ce qu’elle peut apporter aux enfants accueillis. Les professionnels sur place étaient très en demande car ils se sentaient parfois démunis face à des situations et montraient un grand intérêt aux pratiques françaises.

Ce fut aussi l’occasion pour moi d’expérimenter de nouvelle facette du métier.

Ce fut aussi l’occasion pour moi d’expérimenter de nouvelle facette du métier. La formation des professionnels, mais surtout le travail avec les personnes en situation de polyhandicap. Je n’avais pas eu l’occasion de travailler auprès de cette population durant ma formation.

Il a fallu aussi s’adapter culturellement,  le temps d’aide au repas est considérer comme une besogne qui se doit d’être rapide, souvent faite dans l’urgence. Quand les intervenant ont vu que l’on prenait notre temps pour ce moment, ils nous ont demandés d’arrêter. D’autre part, les instituteurs ont un lien très maternant avec leurs élèves qu’ils accompagnent dans les tâches de la vie quotidienne.

Culturellement j’ai été marquée par le caractère réservé des vietnamiens qui sont pourtant très accueillants. La pauvreté n’est aussi pas ressentie, il n’y a pas de mendicité au Vietnam.

Cette première mission a été une expérience incroyable ou j’ai reçu autant que j’ai pu donner si ce n’est plus. J’ai pu voir une solidarité débordante entre les enfants. Avec le recul je pense qu’il aurait fallu que je parte après avoir pratiqué mon métier qu’elle que temps, en effet nous étions beaucoup accrochées à la théorie et je me servais de mes expériences d’animatrice pour faire des propositions d’atelier .

C’était aussi pour moi, la première fois que je partais aussi loin et aussi longtemps de France. Moi, qui avais peur de devenir une professionnelle et une adulte

Le retour en France a été  violent, j’ai pris un poste en IME et un autre en libéral. Le besoin de rentabilité, la vitesse avec laquelle on doit faire le travail demandé. Le manque de reconnaissance m’a oppressée. L’IME m’a rapidement demandé d’être à la tête du secteur autisme, je me suis senti coincée par les demande de la direction, le management d’équipe pour laquelle je ne suis pas formée et la réalité de la souffrance des jeunes accueillis. Peu soutenue dans ces responsabilités, le travail ne quittait pas mon esprit et m’empêchait de dormir.  Puis petit à petit, je perdais le sens de mon rôle dans mes prises en charge. je détestais cette façon de travailler qui ne correspondait plus à mon éthique professionnelle. J’ai alors décidé de mettre de la distance, beaucoup de distance,  car j’ai pris un billet pour la Thaïlande. 

Le retour en France à été plutôt positif, j’ai postulé à un poste auprès d’un public en situation de polyhandicap. Un poste dans lequel je m’épanouie encore aujourd’hui. Je garde un excellent souvenir de cette mission qui m’a redonnée confiance en mes capacités et m’a aidéà mûrir.

Cette fois-ci mon besoin était de me  questionner, pour me retrouver en tant que professionnel. J’ai choisi de partir dans un refuge pour animaux sauvages. Le format était plus onéreux, le centre le justifiait par les frais de logement, de nourriture et de soins aux animaux.  Ce fut le désenchantement, je travaillais 9 heure par jour 6/7 jours en effectuant un travail très physique avec trop peu de lien avec les animaux, de plus tout le personnel était anglophone et ne faisait pas vraiment d’effort pour s’adapter à mon niveau de compréhension. Après deux jours sur place ils m’ont demandés de former de nouveau arrivant et bien évidemment je me faisais reprendre sévèrement quand je ne comprenais pas. Les conditions de vie était bonne mais le directeur montrait ostensiblement sa richesse, ce qui ajoutait à mon désaccord sur leur façon de concevoir le bénévolat. Si je me doutais bien que je n’étais pas là pour faire des câlins aux animaux, je ne m’attendais pas à être reçue de cette façon, je suis alors partie au bout de 4 semaines au lieu de 7. Bien évidement, sans avoir reçu un quelconque remboursement.

Je suis retournée sur les routes. En Birmanie j’ai rencontré une dame qui m’a proposé de visiter des orphelinats. C’était pour moi l’occasionde ré-ouvrir mes yeux clos de psychomotricienne et de faire éventuellement une analyse des besoins afin de créer un partenariat comme ce que j’ai vécu au Vietnam.  Ma visite des centres a été plutôt surprenante, les encadrants ne prêtaient guerre attention aux enfants qui étaient livrés à eux même, j’ai par exemple vu, un enfant en situation de handicap aider un enfant avec un handicap moteur à manger, j’ai vu un enfant attachés sur  une chaise pour ne pas qu’il déambule et pourtant le personnel ne se disait pas dépassé par la situation. Il faut alors rapprocher cela de la culture Birmane qui considère que le handicap d’un enfant est la dette « céleste » que la famille doit payer et qui génère alors cette absence de soins.

Je pense que je repartirais en Asie. Mon projet n’est pas encore fixe,  si je m’investis de nouveau dans une mission de solidarité ça ne sera pas pour faire de la psychomotricité. En effet, c’est un métier qui est prenant physiquement  et psychiquement. On donne beaucoup de nous à nos patients et on reçoit aussi beaucoup, de la joie certes, mais aussi leur souffrance et leur mal être. Si je m’engage,  ça sera surement pour faire une pause dans ma pratique et découvrir un pays par cette autre porte qu’est le volontariat.

Me voici de retour en France, où j’ai choisi de ne pas pratiquer la psychomotricité de façon classique. En effet, l’idée qui était dans un coin de ma tête a fini de mûrir pour prendre toute la place. Je me suis alors rendu compte que la création m’a toujours attirée, je pensais pouvoir l’exprimer dans le métier de psychomotricienne, mais il s’est avéré que ce n’était pas vraiment le cas. Aujourd’hui j’entreprends de monter un café ludique avec des ateliers pédagogiques et cognitifs.

jessicaleslin@hotmail.fr

maud.musitelli@gmail.fr

Propos recueillie par Elise

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *