Abidjan : retour à domicile d’une psychomotricienne

Presentation

Fille d’expatrié français j’ai grandi en Côte d’Ivoire jusqu’au rapatriement de 2004 suite à une période de trouble politique. Ce déracinement précipité me laisse un goût d’inachevé qui me poussera à revenir m’installer près de 10ans après.
J’entame des études de psychomotricité puis j’exerce pendant 6 ans en IME quand finalement le besoin de rentrer prend le dessus. Je quitte paris, pour retourner sur ma terre d’origine où, par chance, ma famille (qui n’est jamais partie) m’accueille. Elle me sera d’une grande aide pour le démarrage de ma vie professionnelle à Abidjan.
La logistique de l’installation du cabinet et la législation .

Aujourd’hui je travaille donc au sein d’un cabinet pluri-disciplinaire de 5 kiné, 5 ostéo, 1 podologue, 1 art thérapeute, 1 musicothérapeute, 1 médecin mésothérapeute, 1 dietéticienne, 1 orthophoniste et 1 psychothérapeute. Je dois m’inscrire sur le registre des métiers comme « kinésithérapeute- psychomotricienne » car le métier n’est pas connu ni reconnu. La loi impose aux professions libérales d’avoir la nationnalité ivoirienne, que je n’ai pas. Je dois donc m’associer à quelqu’un qui est de nationnalité ivoirienne. Pour m’assurer je dois aussi trouver un autre chemin car le métier n’existant pas les assurances me proposent soit des prix exorbitant soit refusent simplement ma demande. De même que pour mon assurance maladie, je dois passer par la caisse des français à l’étranger.

J’ai la chance de rencontrer une psychomotricienne diplômée de Beyrouth installée depuis un an. Elle a déjà fait un travail concidérable d’information, elle m’accueille, m’encourage et me rassure durant l’installation. Je reprends ce travail auprès des écoles, des médecins, des cliniques et des réseaux de paramédicaux. Je reste présente dans les congrés et les forum concernant le soin et le handicap. Ceux-ci se multiplient, on sent vraiment que la santé est un secteur qui prend de plus en plus d’ampleur.

Expérience et culture

Culturellement, notre métier est bien compris de la population car la dichotomie corps-esprit très présente dans l’histoire occidentale l’est beaucoup moins en Afrique. Mais la question du jeu est souvent remise en cause, dans une culture où le travail ou le soin est synonyme de labeur.

Je reçois alors, une patientèle assez variée au niveau des origines (ivoiriens, libanais, français principalement), mais les tarifs pratiqués en libéral me contraignent à cibler une patientèle relativement aisée. Il existe quelques rares centres d’accueil pour enfants handicapés accessibles à tous dans la ville. Ils sont tenus soit, par des ONG, soit par des bienfaiteurs, soit par des religieux. La plupart des personnes porteuses de handicap sont souvent à la charge de la famille.

Le secteur public quant à lui, ne propose pas de poste de psychomotricien ou sous forme de technicien paramédical avec une grille salarial très basse, or le niveau de vie à Abidjan est comparable à celui en occident (pour les expatriés).

La géopolitique du pays n’est pas toujours très stable, l’insécurité et la corruption sont souvent en toile de fond. Il existe une constallation communautés qui se mélangent peu au premier abord. Mais comme partout, avec le temps, des rencontres et des échanges sont tout à fait possible et très enrichissant.

Le handicap est couvert d’une bienveillance de tous ou d’un déni total mais en fonction des communautés il peut résider certains tabous. Pour certains parents, la salle d’attente est une source d’angoisse car ils peuvent être vu et reconnu. Au fil du temps, la salle d’attente est finalement devenu un lieu de rencontre et de partage d’expériences entre les parents (nounou, chauffeurs, fratrie qui accompagnent les enfants).

La mise en place du cadre m’a demandé beaucoup d’énergie et m’a fait beaucoup douté au départ. Mes bilans ont du s’adapter, d’une part car l’étalonnage n’est pas adapté, mais aussi car le mode de vie est différent. Exemple : l’évaluation  des praxies idéomotrices : en France ma question était  » votre enfant sait-il faire ses lacets ou découper sa viande ? » A Abidjan on mange majoritairement avec les doigts et ont porte des tongs. Mes outils de travail sont différents, les pictogrammes, les références temporelles (les saisons ne sont pas les mêmes) le matériel à disposition dans le pays influence aussi sur ce qu’il m’est possible de proposer (bien que des sociétés commencent à s’installer pour représenter des marques de jeux et/ou matériel pédagogique).

Les particularités du libéral : Fléxibilité et adaptation !

J’ai découvert le libéral, avec son lot de surprises.Gérer les planning avec les embouteillages, les inondations, les annulations de dernière minute sont le lot quotidien dans la ville. La distance thérapeutique avec les patients et leur famille parfois déconcertante, il est alors important de savoir parfois l’accepter et parfois repositionner le cadre. La souffrance des parents, des enseignants démunis, et tout ces petits « à côté » que je ne voyais pas en institution.

La difficulté pour certains médecins de pouvoir poser des diagnotiques, laissant les familles dans le flou venant chercher auprès de cette nouvelle discipline, des réponses et des solutions. Il n’est pas facile mais important pour moi de ne pas franchir les lignes blanches du décret de compétence de notre métier.
Le travail me donne l’opportunité de travailler avec une population variée principalement des enfants, présentant des troubles des apprentissages, mais aussi des bébés, des enfants porteurs d’IMC, mais aussi des adultes avec des troubles psychiatriques : une palette variée qui enrichie ma pratique. Le libéral, par rapport à mon expérience en institution me permet un suivi plus global des patients et de leur famille, du lien avec les système scolaire et les différents professionnels qui interviennent autour du projet de soin : de l’annonce du projet à l’atteinte des objectifs ou d’un nouveau projet, une adaptation passionnante aux troubles, aux différentes cultures.

Le cabinet c’est aussi la découverte de la comptabilité et de l’administratif (mais ce n’est clairement pas ma partie préférée !). C’est aussi l’isolement (surtout au début) même si le réseau paramédical se développe. Je suis suivie en supervision à distance par un psychologue clinicien. Cette dernière année, d’autres psychomotriciennes sont arrivées, d’autres orthophonistes et psychologues (belges, colombienne, américaine, françaises ou libanaises) enrichissent le réseau paramédical. Les partages d’expériences sont très intéressants, un réseau de formation et supervision s’est installé entre nous.

Les perspectives

La Côte d’Ivoire se développe également d’un point de vue public, avec la mise en place grâce à une médecin pédopsychiatre d’un centre diagnostique au sein de l’institut nationnal de santé publique. Cela fait maintenant la troisième rentrée scolaire que je fais à Abidjan, aujourd’hui, s’est développé un réseau avec les quelques psychomotriciens au Sénégal, au Gabon, au Cameroun ou au liban, pour permettre aux expatriés qui sont mutés tous les deux ans, d’avoir un suivis de soin malgré les déménagements. Un projet de travail de groupe avec ma collègue art-thérapeute est en train de se mettre en place. Avec une centre artistique et sportif nous avons proposé la première journée « bien- être » en janvier dernier, réunissant les professionnels artisans de produit bio, huiles essentiels, cristaux, bols tibétains, les particiens en thérapies manuelles, art-thérapie, yoga, pilate, conscience corporelle.

« Avant de s’installer dans un pays il est important de prendre un temps pour s’imprégner de la culture de celui-ci car les schémas de prise en charge et de vie appris vont devoir être remaniés. C’est d’ailleurs ce qui rend l’expatriation si forte en émotion et passionnante « 

laurianechatot@gmail.com

 

Témoignage recueille par Elise 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *