Psychomot en Polynesie francaise

Apres 18 ans dans la marine comme photographe de guerre, quelques tours du monde et quelques guerres, je fini ma carrière en Polynésie française. Je deviens moniteur de plongée, un travail qui me fait découvrir le milieu du soin en accompagnant des jeunes porteurs de handicap mais qui est peu compatible avec ma vie de famille. Je dois me déplacer sur les îles de l’archipel et je travail souvent le week-end au grand désespoir de ma femme qui est infirmière avec autant de contraires professionnelles.

Je décide alors de rentrer à la FAC de médecine de Tahiti qui est une branche de la fac de Bordeaux. Celle ci offrait 2 places de psychomotricité à qui réussirait à se classer. Une fois accepté je m’envole pour la métropole et effectue mes 3 ans d’études à Bordeaux . Je fais un mémoire sur l’eau tout en notant que les références principales traitent de l’exploration de la médiation aquatique uniquement en surface et non sous l’eau.

De retour a Tahiti j’ouvre mon cabinet et continue la plongée à coté, un post en pédopsychiatrie s’ouvre avec la médiation plongée. Je saisi l’occasion et me retrouve à plonger avec des jeunes autistes. Une médiation passionnante qui mériterait son propre article …

L’organisation des soins psychomoteurs n’a pas été aisée en pédopsychiatrie. On se déplaçait pour rencontrer les patients sur différentes îles. Le temps de latence entre deux séances nous a fait choisir un mode de prise en charge basé sur l’éducation thérapeutique du patient et de mini formations avec le personnel et les aidants sur place… quand il y en avait. Le matériel devait rentrer dans un petit sac, c’est alors que l’environnement est devenue ma première source d’inspiration (mer, sable, arbre etc… De plus, en Polynésie française beaucoup de croyances tournent autour de l’eau et de la terre.

Aujourd’hui, j’interviens à l’hôpital en « transversal », c’est à dire que je suis présent sur plusieurs services allant de la chirurgie avec la prise en charge de la rééducation des membres fantôme jusqu’à la néonatalité en passant par la psychiatrie. Un gros travail de sensibilisation et d’explication de mon travail est nécessaire auprès des équipes soignantes, je prends beaucoup de temps pour montrer et expliquer les prises en charges et surtout les résultats de celles-ci.

propos recueillis par Elise

Une réflexion au sujet de « Psychomot en Polynesie francaise »

  1. Bonjour,
    Comment est-il possible de contacter ce psychomotricien dans le cadre de mes études en psychomotricité ?
    Dommage de ne pas avoir son nom pr faire la recherche moi même =)
    Merci par avance

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *