Quels sont les impacts des cultures sur une personne ?

Psychomotricienne et psychologue clinicienne formée à la clinique inter-culturelle et transculturelle.

Étant eurasienne, cette question m’interpelle. Après mon échec aux concours de médecine, j’ai intégré la préparation pour le concours de psychomotricité à l’école catholique de Lyon, avec en double cursus, une licence 1 de psychologie. J’ai été reçu à l’ISRP de Paris, études vers lesquelles je me suis orientée, et j’ai validé ma licence. 

Pendant 3 ans je me suis questionnée sur l’impact des cultures sur le développement de l’enfant de moins de trois ans. Lors de mes stages, j’ai fait des observations qui ne sont pas à généraliser, mais qui m’ont aidé à réfléchir sur cette notion de « culture ». 

En crèche, un petit garçon d’origine japonaise avait comme goûter des petits-pois salés à écosser alors que les autres enfants mangeaient leur pomme pote. La pince utilisée n’était pas du tout la même. Dans le premier cas, le petit garçon utilisait la pince pouce index et sa dextérité digitale était impressionnante pour son âge. Les autres enfants utilisaient principalement une pince palmaire.

Une petite fille d’origine camerounaise marchait à 7 mois, c’est-à-dire plus tôt que la plupart des enfants. Sa mère la portait sur son dos avec un pagne depuis son plus jeune âge. Je me suis demandée, si l’oreille interne avait été sur-stimulée par ce portage, développant ainsi son sens vestibulaire et permettant un meilleur équilibre lors de l’apprentissage de la marche.

Dans la culture occidentale, l’enfant est très vite stimulé sur le versant cognitif: reconnaître les formes, les couleurs à travers des jeux divers et variés, les mobiles au-dessus du berceau…. 

Ces observations succinctes m’ont amené à penser qu’entre 0 et 3 ans la culture à un impact important sur les acquisitions de l’enfant. Après 3 ans, il y aurait comme une harmonisation du développement quelles que soient les cultures. Mais alors qu’en est-il des tests côtés avant 3 ans comme le Vaivre-douret ou le Brunet-Lezine ? Vaste question… Ne faudrait-il pas faire des étalonnages en fonction des différentes ethnies, cultures ? J’ai vite compris que cela était impossible à réaliser vu qu’il existe 139 pays dans le monde et d’autant plus de cultures et d’ethnies. 

En juin 2014, j’ai eu mon diplôme de psychomotricienne. J’ai travaillé en I.T.E.P. [1] pendant 2 ans. J’ai rencontré et accompagné des enfants avec des cultures très différentes de la mienne. Avoir conscience que dans certaines ethnies un enfant qui regarde un adulte dans les yeux peut être considéré comme un manque de respect, nous permet de mieux comprendre certains comportements. Finalement, ce qui nous semble être une attitude de provocation est en fait une difficulté de l’enfant à se situer entre ses différentes cultures. 

tirer du jeux mémomania

Mais qu’est-ce que la culture ?

C’est un concept complexe qui renvoie à une multitude de sens rendant sa définition ardue. Pascal Ory, parle d’un « ensemble de représentations collectives propres à une société. Pour lui, ces représentations sont des phénomènes sociaux, partagés par tous les membres d’un groupe. Ils peuvent être de différentes natures : géographique, démographique, professionnelle, idéologique, confessionnelle… » [2] 

La multiplicité des cultures est une richesse pour notre monde et nous ne pouvons pas toutes les connaître… Je ressentais le besoin d’approfondir ma façon d’aborder ses différences. Après avoir fait des recherches, je me suis inscrite à la faculté de Villetaneuse au vu de leur proposition d’un parcours de psychologie et psychopathologie inter et transculturelle. Avec mon dossier, j’ai pu passer directement en L3 de psychologie.

En L3, parmi les 5 parcours proposés, j’ai choisi le premier : une initiation aux champs de la psychologie clinique et psychopathologique, avec une perspective interculturelle et ayant pour référence la théorie psychanalytique.

En M1, je me suis inscrite dans le parcours interculturel. Les cours ont abordé la pensée psychanalytique, les concepts de psychopathologie, les différents courants sociologiques, anthropologiques et ethnologiques. On nous a présenté la différence entre l’ethnopsychiatrie (courant porté par Georges Devereux et Tobie Nathan puis par Marie-Rose Moro) et la médiation culturelle. (Courant porté en partie par l’association Françoise Minkowska avec des médiateurs culturels[3])

En M2, j’ai à nouveau choisi le parcours interculturel. On a abordé des notions comme l’acculturation[4], déculturation[5], le syncrétisme[6], le métissage[7]. Nous avons étudié des religions et des coutumes différentes des nôtres avec de nombreux intervenants venant du Cameroun, de la Nouvelle-Calédonie ou encore de Chine… Nous avons également par les cours de psychologie sociale, travaillé sur les différences entre les classes sociales. 

Chaque année, j’ai effectué un stage plus ou moins long, avec pour le clôturer un rapport en L3 et un mémoire en M1 et M2. Le stage et le thème de nos mémoires étaient très libres, car la culture n’est pas seulement liée aux origines. D’autre part en région parisienne, il y a tellement de mixité sociale et ethnique que dans la plupart des lieux de soins nous devons composer avec cette différence culturelle. 

Ces trois années m’ont amenées à sortir de ma zone de confort, à voir les choses autrement. Non seulement, j’ai appris à analyser les situations d’une autre manière, mais j’ai dû aussi me débattre avec certains de mes préjugés. La notion de « culture » a été pensée depuis des décennies par les sociologues, ethnologues, philosophes… Cela ne concerne pas seulement les différentes origines ou civilisation. D’ailleurs, Françoise Armengaud nous rappelle que la culture s’acquiert : « Étant donné que la culture s’acquiert par apprentissage, les gens ne naissent pas Américains, Chinois ou Hottentots, paysans, soldats ou aristocrates, savants, musiciens ou artistes, saints, chenapans ou moyennement vertueux : ils apprennent à l’être. » Ce propos de T. Dobzhansky (1966) caractérise assez complètement la conception moderne de la culture : elle est acquise, mais d’abord par imprégnation et identification avant de l’être par apprentissage explicite ; elle est transmise généalogiquement et non héréditairement. » [8]

Aujourd’hui, je travaille en tant que psychomotricienne en libéral et en tant que psychologue clinicienne dans une institution proposant des visites médiatisées dans le cadre de la protection de l’enfance. Dans ces deux contextes, je reçois des patients ayant diverses origines et avec des cultures très différentes. 

En tant que psychomotricienne, j’accueille Amir, 6 ans, qui vient de Turquie. Il est diagnostiqué ayant un trouble du spectre autistique. À la maison, la famille parle turc. La mère d’Amir se débrouille bien en français au vu de leur arrivée récente en France. Quand je rencontre Amir, il ne parle pas, il émet juste quelques sons. Puis petit à petit, les babillages apparaissent. Rapidement, on se rend compte avec sa mère qu’il dit des mots en turcs qui se transforme en phrase. Madame est désolée, elle aurait souhaité qu’il parle français. À plusieurs reprises, je la rassure. Je lui rappelle que c’est fantastique qu’Amir arrive à s’exprimer et peu importe la langue qu’il utilise. Le turc est la langue utilisé par les gens avec lesquels il a un lien fort et des émotions intenses, c’est normal qu’il s’en saisisse. Pendant un temps, j’ai proposé des séances mère-enfant, et j’ai appris quelques mots en turc ! Actuellement, nous sommes revenus sur des séances en situation duelle. On travaille avec les pictogrammes et les gestes pour se comprendre et parfois, on utilise même Google traduction vocale ! Ce n’est pas toujours facile, car on ne peut pas rebondir sur ce que l’enfant dit. Mais pour ma part, je suis persuadée que ce n’est pas au patient et à sa famille de s’adapter à ma langue et à mes cultures dans ces moments thérapeutiques. C’est à moi, de trouver des solutions, d’être créative et de les rejoindre là où ils s’en sont de leur acculturation. 

Henri lui a 6 ans, il a un retard global de développement associé à de l’impulsivité et de l’hyperactivité. Les parents d’Henri viennent du Sénégal et sont de confession musulmane. Ils ont très à cœur de s’intégrer dans la « culture occidentale », et sont à l’écoute des conseils que les professionnels peuvent leur donner. Lors de la prise en soin, il y a eu des hauts et des bas. Professionnels de soin, école et parents, on s’est soutenu mutuellement pour trouver des solutions. J’ai proposé des séances enfant-parents. Aujourd’hui, le petit garçon a accès à la parole et il s’est apaisé. Avant les vacances d’été Madame a demandé mon avis concernant la possibilité d’un voyage au Sénégal dans leur village avec Henri (sachant que le petit garçon n’y était jamais allé). La question m’a surprise, car la réponse me semblait évidente. J’ai demandé à Madame ce qui l’inquiétait. Elle m’a répondu qu’elle avait peur que le changement de langue, de coutume, de climat perturbe Henri. Elle avait peur aussi qu’il ne tienne pas en place dans l’avion. Je lui ai alors demandé si ce voyage lui ferait plaisir à elle. Madame m’a répondu que ça lui ferait beaucoup de bien de retourner voir sa famille, et que d’autres personnes pourraient s’occuper d’Henri. J’ai de suite entendu la question du relais face à l’épuisement des aidants. J’ai alors soutenu ce projet et on a préparé le voyage pendant les séances. À travers le dupplo Madame a raconté à son fils comment était la vie là-bas. Ils ont construit la maison du Sénégal Madame a ajouté les animaux qui se trouvent autour (âne, poules…). Avec l’avion dupplo ils ont joué ensemble au départ et à l’arrivée au pays avec les valises. On a aussi dessiné le drapeau du Sénégal. Puis avec Madame, on a imaginé les jeux qu’elle pouvait préparer pour le temps du vol. Le voyage s’est bien passé, Henri est revenu changé. Il parlait mieux, il était moins éparpillés et était davantage dans l’échange et la relation. Les parents sont revenus reposés et plus confiant. Progressivement, Madame s’autorise à me parler des coutumes et traditions de « chez eux ». Par exemple, elle m’a partagé qu’ils ne fêtaient pas Noël, car ce n’était pas leur religion, mais qu’ils faisaient un bon repas en famille. Elle m’a parlé de fêtes musulmanes importantes. Je vois cela comme une invitation de cette famille à me laisser approcher leurs cultures. 

À la suite d’une chirurgie importante au cerveau effectué à Dubaï, Monsieur Rigi a développé une hémiparésie. Afin de recevoir des soins complémentaires, il est rentré en France pour 2 mois. Une psychomotricienne résidant à Dubaï nous a adressé ce patient. Grâce aux réseaux sociaux, un travail d’équipe entre les deux pays s’est mis en place. Mr. Rigi continue à faire des allers-retours entre la France et Dubaï. Nous devons donc coordonner les différents professionnels qui ne sont pas toujours nommés de la même façon entre les deux pays (speech-therapist, occupational-therapist, physiotherapist, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens). Là encore, les différences culturelles sont présentes. Nous n’exerçons pas de la même manière, car d’une part nous n’avons pas tous les mêmes études en fonction des pays, mais d’autre part nos pratiques sont influencées et pensées à travers nos propres filtres culturels. Ainsi compte-rendus, messages et vidéos, permettent de rester en lien, et d’harmoniser au mieux les soins. Cette expérience de travail avec des collègues exerçants à 5000 km est captivante et enrichissante. Même si celle-ci n’est pas encore terminée, je peux dire que cela permit des échanges constructif inter professionnel, mais aussi intra professionnel. 

Conclusion

Mes études m’ont permis de comprendre progressivement qu’on ne peut pas connaître toutes les cultures émanant des multiples acculturations et métissages existants. D’autre part comprendre les cultures d’un autre peuple, demande de les vivre. On ne peut pas l’apprendre à travers les livres qui nous donnent seulement un aperçu des coutumes, des traditions et des mœurs d’un peuple. Par contre prendre conscience des cultures qui m’animent est déjà une tâche compliquée. Être en accord et à l’aise avec celles-ci est encore un autre apprentissage. 
Aujourd’hui, je travaille avec toutes « mes cultures », « mes coutumes ». Quand j’en rencontre de nouvelles, j’essaie de lâcher prise et d’accueillir cette autre manière de faire ou de penser. Pour des familles en manque d’acculturation, je m’efforce de les accompagner à comprendre les nouveaux codes culturels dans lesquels ils vivent aujourd’hui, tout en valorisant la richesse de leur parcours migratoire. 

Pour ce qui est des tests côtés pour les jeunes enfants, nous ne pouvons pas les adapter à chaque ethnie. Il faut être vigilant et garder en tête que le développement de l’enfant peut être impacté par les variations culturelles. 

La complexité de l’être humain l’est d’autant plus par les cultures qu’il acquiert. Cela nous invite en tant que thérapeute à garder l’esprit ouvert, car la pensée n’est pas unique au risque de tomber dans le dogmatisme. Nos cultures façonnent notre identité et comme le dit Bruner (1991) « donne forme à l’esprit » [9]

Cécile CHAU

cecilechaupsychomot@gmail.com

Bibliographie

Bourdin, M. & Larchanché, S. (2015). De l’interprétariat à la médiation en santé mentale : l’expérience du centre Françoise Minkowska. Rhizome, 55(1), 48-54.

Bruner, J. (1991). … car la culture donne forme à l’esprit (Trad. Y. Bonin). Paris : Eschel.

Cuche, D. La notion de culture dans les sciences sociales. La Découverte, 2010, pp. 59

Armengaud, F. « CULTURE – Nature et culture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/

Ory, P. « HISTOIRE (Domaines et champs) – Histoire culturelle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-culturelle/


[1] Institut Thérapeutique Et Pédagogique (institution accueillant des enfants ayant des troubles du comportement.

[2] Pascal Ory, « HISTOIRE (Domaines et champs) – Histoire culturelle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-culturelle/

[3] « professionnel bilingue, formé à la confrontation des modèles explicatoires dans la relation de soin […]et au décentrage. » Bourdin, M. & Larchanché, S. (2015). De l’interprétariat à la médiation en santé mentale : l’expérience du centre Françoise Minkowska. Rhizome, 55(1), 48-54.

[4] Selon Robert Redfield Ralph Linton Melville Herskovist « L’acculturation est l’ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraînent des changements dans les modèles (patterns) culturels initiaux de l’un ou des deux groupes. » Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales. La Découverte, 2010, pp. 59

[5] « En ethnologie, perte d’identité culturelle d’une population, d’une ethnie » (Encyclopédia Universalis)

[6] « Syncrétisme, création d’un nouvel ensemble culturel cohérent et durable » Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales. La Découverte, 2010, pp. 73

[7] Pour Laplantine et Nouss « Le métissage contrairement au syncrétisme est une composition dont les composantes gardent leur intégrité. Loin de l’idée de symbiose et de totalité unifiée, il tire sa force de son instabilité même. Le métissage n’est pas la fusion, la cohésion mais la confrontation et le dialogue sans cesse en mouvement » Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales. La Découverte, 2010, pp.75-76

[8] Françoise Armengaud, « CULTURE – Nature et culture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/

[9] Bruner, J. (1991). … car la culture donne forme à l’esprit (Trad. Y. Bonin). Paris : Eschel.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *