Apprendre une langue sans se ruiner

Après deux témoignages sur les échanges universitaires il était important d’apporter des clés pour pouvoir postuler à ces échanges. en effet,  il est préférable d’avoir un bon niveau dans les langues du pays concerné ou en anglais pour d’autre pays.

Apprendre une langue étrangère en restant chez soi est une chose qui est possible et qui peut même s’avérer agréable. Voici le secret de cet apprentissage :

« S’immerger dans la langue » 

je vous entend déjà : Mais n’importe quoi ! comment peut-on s’immerger en restant dans son quartier? Pas de panique !  il faut juste connaitre les trucs et astuces que je vous dévoile (oui je suis généreuse). L’objectif est alors de vous créer un environnement ou vous baigner dans la langue que vous désirer apprendre.

[ L’option : j’aime mon canapé ]

  • les films et série, dans la langue que vous désir, ce conseil est le plus fréquemment  donné mais souvent mal appliqué il est préférable de le décliner en 3 niveaux d’évolutions:
    • audio et sous titre vf
    • audio et sous titre de la langue désirée
    • audio et c’est tout

j’ai aussi découvert la chaîne 680 sur freebox qui est une chaîne japonaise qui parle tout doucement en anglais assez facile pour comprendre mais bon les sujets abordés ne sont pas passionnant.

 

  •  les livres, et oui il existe des livres bilingues et des livres dans toute les langues. les empreints sont plus faciles dans les grandes villes avec de grandes bibliothèques mais via les sites d’achat en ligne vous pouvez acheter et revendre vos livres facilement. cette astuce se décline aussi en deux étapes.
    • livre bilingue
    • livre dans la langue désirée

 

  • la musique, on écoute tous de la musique en provenance d’un peu partout dans le monde en appréciant le rythme mais sans vraiment comprendre le message ! j’ai longtemps aimé le RAP américain jusqu’à ce que je comprenne le contenue des paroles. L’astuce est de lire la musique, sur youtube prenez la version « lyrics » pour entendre et lire en même temps les paroles. Vous allez butter sur les mots ou les expression mais vous pouvez utilisez un traducteur et si vraiment ça n’a aucun sens pour vous des sites peuvent vous aider. Comme vous allez la réécouter plusieurs fois cela va faire travailler votre mémoire et vous apprendrez plus facilement. astuce plus: choisissez les chansons commercial passant à la radio, vous avez plus de chance de les entendres en boucle. 

 

  • les applications et site internet  tel que busuu, duolingo, Mondly etc…  qui sont les plus célèbre et gratuite. Pour avoir essayé avec le niveau d’entrainement le plus élevée et avoir fini l’application on apprend pas tant que ça MAIS c’est un petit plus qui va se rajouter aux autres astuces mise en place et ça vous apportera toujours plus que candy-crush .

[ L’option frendly ]

  • les groupe « Exchange Language », vous pouvez en trouver un paquet sur les réseaux sociaux vérifier bien l’actualité de la page, c’est souvent des initiatives bénévoles parfois la page existe mais le groupe est mort depuis longtemps. je vous conseil de privilégier les applications prévue à cette effet tel que « metup »  « couchsurfing » ou « conversation exchange ». Après test , c’est vraiment super! dans un bar ou autour d’un pic-nique vous porter un badge avec la langue que vous souhaitez pratiquer et un native du pays vous parle alors dans sa langue sur tout les sujets.

 

  • faire du couchsurfing, option super sympa dont le seul pré requis est d’avoir un canapé a prêter.  Une fois inscrit sur le site vous pouvez prêter votre canapé a des voyageurs passant en France et partager un moment avec eux souvent cela se traduit par de la cuisine. Cette option est d’une richesse incroyable d’autant plus qu’en retour vous pourrez a votre tour aller tester les canapé dans les autres pays.  Faite le choix de ne choisir que des voyageur étranger et non francophone pour être sur de parler la langue que vous désirez.

 

  • la colocation, option un peu plus dur à trouver, souvent les expatrier se retrouve entre eux et donc habitent entre eux. l’idée est alors d’entrer dans une colocation ou les colocataires parlent tous la langue que vous désirer apprendre. une fois encore les réseaux sociaux son vos amis et les groupe facebooke type ‘los espagnoles de paris »  pourront vous aider.  double bénéfice ils ont des amis vous allez alors pouvoir vous construire tout un réseaux.

 

  • les loisirs, l’objectif est de joindre l’utile a l’agréable si vous avez  prévue de faire du sport, choisissez un sport originaire du pays ou vous souhaitez parler la langue. c’est une option plus risquée mais il y à plus de chance pour que vous rencontrez des natives .Si pour le karaté en France on ne trouve pas vraiment de japonnait dans les club, parfois, dans les cours de danses latines on peu  se retrouver avec des sud américains.  J’ai aussi réussi a trouver des cours de théâtre en anglais .
  • la correspondance,  et vous pouvez toujours reprendre contact avec votre correspondant de Canterbury quand vous étiez en 5 eme, mais faut-il encore en avoir un bon souvenir et que l’adresse soit encore valable. sinon il existe des sites spécialiser dans la correspondance à travers le monde comme ce site réservé aux étudiants ou d’autre dans ce genre . je vous cache pas que ça fait un peu « club rencontre » passé l’âge d’être étudiant, et les lettres à l’heure d’internet c’est assez spéciale.

Elise

Aide Financière aux stages à l’étranger

Un échange à l’étranger c’est sûr, c’est enrichissant. Jeux de mot oblige, la mobilité internationale a malheureusement un coût qui n’est pas toujours abordable quand on est étudiant. Cependant, il existe des aides et astuces auxquels un étudiant peut avoir recours afin de financer une partie de son projet. En voici quelques exemples.

Erasmus

L’étudiant doit démarcher le service des relations internationales de son établissement un dossier de demande d’aide à la mobilité, accompagné d‘un projet de séjour d’études ou de stage à l’étranger.

Les candidatures sont sélectionnées par le président d’université ou le chef d’établissement, en fonction :

  • de la qualité et de l’intérêt pédagogiques des projets individuels des étudiants.
  • de leur conformité avec la politique internationale menée par l’université ou l’établissement.

Ils décident également du nombre de mensualités qui seront accordé à chaque candidat retenu. Il faut se renseigner, suffisamment tôt avant le départ, sur les délais nécessaires à l’instruction des dossiers.

Démarche administrative
Formulaire d’inscription pour s’inscrire en Erasmus, il faut remplir le formulaire (« Application Form ») de l’université d’accueil. Chaque université d’accueil a ses propres dates limites et procédures d’inscription.
Critères d’admissibilité en Erasmus
Renseignez-vous au bureau des relations internationales pour connaître les critères d’admissibilité qui sont propres à chaque établissement.

Voici ci-dessous une liste exhaustive de critères retenus par certaines universités en France:

  • Bon comportement général, assiduité, motivation et autonomie
  •  Moyenne scolaire : 12
  •  Moyenne de stage : 12
  •  Connaissance d’une 3ème langue (minimum niveau bac pour l’espagnol et l’allemand)
  •  Une sélection finale est parfois appliquée après les résultats des partiels

il est conseillé d’ajouter un test de langue reconnue le TOEIC ou le TOEFL

  • TOEIC : 750 minimum de moyenne pour être accepté dans certaines Universités
  • TOEFL : Une note supérieure à 100/120 sera la plupart du temps réclamée à l’entrée des plus prestigieuses universités anglophones.

Contrat d’études

Avant le départ, le contrat d’études doit être signé par l’université d’origine, l’université d’accueil et l’étudiant. Ce contrat détaille les cours qui seront suivis par l’étudiant lors de l’année de mobilité, ainsi que les crédits (ECTS) qui s’y attachent.

Attestation de présence Erasmus. Ce document atteste de la période de mobilité de l’étudiant Erasmus.

Relevé de notes

A la fin de la période d’études à l’étranger, un relevé de notes est remis par l’université d’accueil à l’étudiant et à l’université d’origine.

plus d’information : https://www.erasmusplus.fr/

 

CROUS Aide à la mobilité internationale

Le CROUS, peut être sollicité pour les étudiants inscrits dans un établissement français, et partant à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échanges ou d’un stage à l’étranger. Le montant de l’aide à la mobilité internationale est de 400 euros mensuels.

L’étudiant transmet au service des relations internationales de son établissement, sous forme de dossier, une demande d’aide à la mobilité accompagnée d’un projet de séjour d’études ou de stage international.

Le chef d’établissement retient les candidatures en fonction de la qualité et de l’intérêt pédagogique des projets individuels des étudiants et de leur conformité avec la politique internationale menée par l’établissement. Les noms des candidats retenus, ainsi que le nombre total de mensualités qui leur est accordé, sont immédiatement transmis par l’établissement au Crous de l’académie qui assure la gestion financière des aides à la mobilité internationale.

La durée du séjour aidé de l’étudiant à l’étranger ne peut être inférieure à deux mois ni supérieure à neuf mois consécutifs. Au cours de l’ensemble de ses études supérieures, l’étudiant ne pourra pas bénéficier d’une aide à la mobilité cumulée supérieure à neuf mois.

Il faut être titulaire du baccalauréat, être inscrit en formation initiale, suivre une formation reconnue par l’Etat, avoir moins de 28 ans ou ne pas avoir interrompu ses études à partir de 28 ans, être de nationalité européenne.

Plus d’information : http://www.etudiant.gouv.fr/cid97582/crous-cnous-qui-sommes-nous.html

 

La FSDIE (  fond de solidarité et de développement des initiatives étudiantes)

La démarche commence aussi auprès de son bureau International, le dossier comprend les documents suivants :

  • lettre de demande d’aide financière indiquant vos coordonnées avec un email

 

–       lettre d’acceptation de l’établissement partenaire

–       photocopie de la pièce d’identité

–       photocopie de la carte vitale

–       certificat de scolarité de l’année en cours

–       RIB à votre nom et prénom

–       avis d’imposition (le vôtre ou celui de vos responsables légaux)

 

Si vous êtes boursier sur critères sociaux: notification de bourse sur critère sociaux de l’année en cours.

 

Une commission qui analyse votre dossier se tient tous les mois et vous donne votre réponse par mail dans le cas où elle est positive vous devez envoyer vos conventions signées par toutes les parties.

 

Les aides des conseils régionaux / Mairie

 

Se renseigner auprès de son conseil régional et de sa Mairie, de votre école et de votre lieu de résidence principale (multiplier vos chances).

Bourse CIERA : Master 2 recherche en Allemagne

Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA) offre une aide de 610 euros pour un séjour de recherche d’un mois en Allemagne à un étudiant inscrit en Master 2.
Le dossier de candidature qui doit être envoyé chaque année avant la mi-décembre est composé comme suit :

  • Une lettre de motivation présentant les raisons de la demande et un projet professionnel (1 à 2 pages non manuscrites) ;
  •  Un curriculum vitae ;
  •  La présentation du projet de recherche préalablement située par rapport à la bibliographie existante (4 à 6 pages) ;
  •  Le programme de travail du séjour de recherche justifiant la nécessité d’une présence à l’étranger ;
  • Une lettre de soutien motivée du directeur de recherche ;

Plus d’information : http://www.ciera.fr/ciera/

Bourse OFAJ Allemagne

Ce programme s’adresse aux étudiants âgés de 18 à 30 ans, résidant en France, disposant d’une bonne connaissance de l’allemand.


La bourse versée par l’OFAJ s’applique à un stage d’une durée minimum de 4 semaines. Celle-ci s’élève à 300 euros par mois dans la limite de 3 mois. A cela s’ajoute une subvention forfaitaire pour les frais de voyage aller-retour.
La bourse de l’OFAJ peut être cumulée avec une aide Erasmus ou une aide du Conseil Régional. En revanche elle ne peut être cumulée avec les aides du DAAD, de l’Université franco-allemande (UFA) ou du CIERA. Dans le cas d’un stage rémunéré, si le montant de la gratification dépasse 800€/mois, aucune bourse ne pourra être attribuée par l’OFAJ. Si la gratification est inférieure à 800€/mois, l’OFAJ accorde la différence, dans la limite toutefois de 300€ maximum par mois.

Le boursier s’engage à présenter à l’OFAJ un rapport détaillé à l’issue du stage dans un délai d´un mois après son séjour.

Plus d’information : https://www.ofaj.org/

Appel à la générosité

Cette solution est un peu plus audacieuse mais peut porter ses fruits. Il est aussi possible de faire appel à la solidarité de notre réseau en ouvrant une cagnotte et demander à tout le monde de bien vouloir participer en donnant le montant qu’il souhaite. Expliquer bien, en introduction la raison de cette cagnotte les démarches que vous avez déjà faites et surtout soyez transparent sur son utilisation.

Voici des sites conçues spécialement pour les cagnottes de projet étudiant qui proposent ce type de service.

http://www.eduklab.com/create/

 

 

Elise

10 points pour votre CV à l’international

Pour l’année qui arrive j’ai décidé de prendre une stagiaire, j’ai donc reçu une quinzaine de Cv et lettres de motivation d’étudiants et force est de constater qu’il y avait beaucoup d’erreurs dans la rédaction de ceux-ci. Pour ne pas en faire moi-même dans la rédaction de cet article je me suis armée de :  »  ma sœur » qui a des années d’expériences dans les ressources humaines, elle est intransigeante et clairement rigide sur le respect des normes des Cv et Lm. Voici ce qu’elle m’a appris : 

En moyenne un recruteur passe environ 20 à 30 secondes sur un CV il est alors indispensable de donner une bonne impression au premier coup d’œil.  Les 4 indispensables aussi bien valable en France qu’à l’étranger :

  1. Un titre clair : l’objectif doit vite être identifié
  2. Un agencement organisé (un CV c’est très visuel) cliquer ici pour avoir des idées.
  3. Mettre en avant les éléments de son expérience en lien avec ce que l’on chercher
  4. Décrire ses compétences en étant précis

De plus selon les pays, la culture et les lois en vigueur notamment celles sur la discrimination les normes des CV sont différentes.

*-*  Voici les 10 points à connaitre *-*

  • Ecrire dans la langue du pays

Autant que faire ce peu, si vous postulez dans un pays d’Asie et que votre interlocuteur est anglophone, choisissez l’anglais mais respectez les normes du pays en question. Méfiez-vous des traducteurs de langue qui ne prennent pas en compte la syntaxe et les expressions de politesse. L’idéal est de se faire relire par un natif du pays dans lequel vous postulez.

  •  Inscrire votre niveau dans la langue du pays

Les niveaux de langue ont un classement reconnue à l’échelle européenne, il est possible de passer un test de langue afin de classifier votre niveau. Vous pouvez aussi passer des tests reconnus comme le  TOFEL,  TOÏC.

  • Le nombre pages

En Irlande ou en Nouvelle-Zélande il est fréquent de voir des CV de plusieurs pages,  2 pages est un nombre suffisant pour ne pas ennuyer le lecteur. En Nouvelle-Zélande vous devez aussi mettre une introduction ou vous racontez votre parcours professionnel.

Faites aussi attention au format de page en fonction des pays, les USA,  par exemple, ont un format plus petit, laissez alors plus de marge afin de permettre une impression sans que celle-ci soit coupée.

  • La photo

Les lois relatives à la discrimination à l’embauche demandent de ne pas mettre de photo notamment aux USA, elle est tolérée en Irlande au  Québec et en Australie, cela va même jusqu’à ne pas stipuler votre sexe et la rubrique sur vos loisirs est très limitée.

Au contraire, en Italie la photo est recommandée.

  •  Détaillez

Notre formation et surtout nos expériences seront différentes des chemins classiques des résidents du pays. Il est alors conseillé de détailler ce que l’on a fait en quelques lignes (bilan séance en groupe ou individuel, médiation etc…)

  • Explication du métier 

Notre métier est difficile à expliquer, il l’est encore plus dans une autre langue et dans un autre pays qui n’en a jamais entendu parler. Vous pouvez alors joindre à votre CV ce document qui explique les compétences de notre profession reconnue en Europe.

  • Les recommandations

En Angleterre il est conseillé de laisser le contact d’un ancien employeur ou maître de stage ATTENTION demandez lui son accord au préalable.

  • Prix et bourse d’études

Plutôt apprécié dans les CV américains, indiquez si vous avez été boursier, si vous avez reçu des subventions ou gagné des prix. Indiquez si vous avez participé à la vie de votre université ou de votre ville. En Angleterre une rubrique « Miscellaneous » est à peu près similaire avec la mise en avant de votre esprit d’initiative.

  • Signature du CV

La signature et date du CV à la main se fait en Allemagne avec un état civil détaillé et un CV remontant jusque dans la primaire.

  • Les étourderies

Indispensable de rajouter le numéro de votre pays (+33 si vous êtes en France)  pour le numéro de téléphone et surtout votre mail. Rendez vous disponible par tout autre moyen de communication à distance  comme Skype, viber, whathapp, facetime etc… MAIS créez-vous une adresse simple et professionnelle.

 

Elise

Merci à Alix pour son expertise

2 atouts majeurs en Solidarité Internationale

Vous voilà engagés pour partir pour une mission de Solidarité Internationale, c’est tout à votre honneur. Maintenant place à quelques interrogations et non des moindres. Parmi toutes vos questions, une va revenir presque systématiquement :

« Comment va se passer la mission ? »

Personne ne pourra le prédire avec précision ni les instituts de sondage ni les marabouts de la Gare du Nord. Mais la petite astuce est de garder en tête deux atouts majeurs qui te sauveront quelque soit ta mission et où que tu ailles :

-x- ADAPTATION & TEMPS -x-

 Ce seront tes alliés, c’est la règle d’or il faudra apprendre à bien les utiliser, à les définir, les organiser, les chérir, les expérimenter, les ajuster. Bref, ça sera ta base, on va prendre un peu de temps ensemble pour les décrire plus en détail :

  • Premier temps : la préparation

Comme on l’a vu précédemment dans  » Solidarité Internationale, oui, mais pourquoi ? », questionner ses motivations va être le socle de votre investissement dans le projet.
Se rajouteront les idées, les échanges entre membres d’équipe si vous avez de la chance de partager l’expérience à plusieurs voir même échanger avec d’autres membres de l’association qui sont partis avant nous et connaissent les lieux : c’est un véritable plus.

* Idée *  : Utiliser la carte de « la trace », le concept est simple : un petit cahier de transmissions, tel le flambeau, qui se passe de génération en génération avec des notes importantes que chaque équipe se transmet.

Ne restez pas focaliser sur votre projet, échanger sur la langue, la culture, essayer de vous renseigner sur le pays, son histoire, mais aussi sur vos lieux d’intervention, menez l’enquête, projetez vous, imaginez vous, préparez vous et ça vous aidera à vous adaptez et à anticipez vous sur place.

*Idée * : pour la préparation d’une mission par exemple,  se rendre à l’ambassade où il est courant qu’ils organisent ou qu’ils vous renseignent sur les événements culturels. Manger dans le restaurant du pays dans lequel vous vous rendez pour vous familiarisez avec la nourriture (part très importante de la mission) !

Si vous ouvrez la voie et n’avez pas d’autres regards, ni de possibilités d’échanger, « don’t panic », construisez un projet solide, cohérent, et détaillé, quitte à en prévoir beaucoup vous vous ajusterez sur place.

  • Le temps primordial : l’observation

il existe une réalité déstabilisante entre le projet initial que l’on compose , l’on tisse avec le temps et la vie sur place. Le projet de base se situe en général dans une moyenne très large entre illusion et réalité. Difficile de prévoir chaque détail lorsqu’on part dans un endroit inconnu, il est souvent improbable voir impossible qu’il colle parfaitement du premier coup :  ON DOIT S’ADAPTER !
Les temps d’observation sont très important, ils vont permettre en équipe de modifier le projet et de l’adapter au mieux. A ton œil de lynx, essaye d’être objectif, d’adapter ton regard, ta distance, et surtout communique.

Il est primordial de faire attention aux lieux où nous intervenons qui sont souvent fragiles. Il faut donc prendre le temps qu’il faut, et surtout échanger avec les gens sur place qui y travaillent. Il faut favoriser la communication. poser des questions aux gens qui encadrent la mission.

Enfin il faut instaurer un cadre temporel qui va protéger tout le monde, en partant de vous, aux gens que vous rencontrerez, la structure où vous interviendrez. Ainsi il sera primordial de prendre le temps d’expliquer dès le début que nous intervenons sur combien de temps à vous d’être créatif pour matérialiser votre temps sur place à l’aide de frise, de fil rouge, de thématiques, de délimiter des temps forts qui marquent le début et la fin de la mission. Et encore une fois ATTENTION à l’adaptation du temps, culturellement c’est une donnée très subjective, et pour pouvoir la quantifier à vous de trouver des terrains d’entente temporelle !
Par exemple si on se met d’accord  sur un projet en demandant à l’équipe sur place que tout doit être prêt demain et se rendre compte que le lendemain rien n’est encore prêt,  ce n’est pas qu’on ne vous a pas écouté ça peut être juste une histoire de vocabulaire ! On se rend compte alors que notre « demain » n’est pas forcément le leur. Restez attentifs mêmes les traductions peuvent être trompeuses !

Temps sur place = Temps ingérable ?!

L’un des temps les plus difficiles à gérer est le temps sur place, déjà parce qu’il faut s’adapter aux rythmes ! Les rythmes sont complètement différents en fonction des pays, de la culture, et des fois il faut revoir ses codes temporels voir y faire une croix pour s’adapter à de nouveaux plus rapides ou plus lents et ce n’est pas une mince à faire ! Un véritable défi de se débloquer de nos habitudes temporelles, rajoutez à ça un décalage horaire, un nouveau rythme de vie, il va falloir tout revoir, cycle de sommeil, temps de travail, ton corps va d’ailleurs pas se gêner de le te faire ressentir !
Sur place il est difficile de tout gérer, ce sont des moments très riches à vivre. Et là à chacun son ressenti, certains vont trouver que le temps file à une allure, et d’autre vont trouver le temps assez ralenti.
Quoiqu’il arrive,sur place il faut savoir anticiper et donner des priorités. Lors de ces missions, les verbalisations sont plus que nécessaires elles sont vitales pour le travail en équipe mais aussi sur un plan personnel, il ne faut pas hésiter à se ménager, et à toujours faire en sorte que les différents temps soient bien organisés. Prendre le temps de recul nécessaire après une journée, de reprendre l’organisation, de voir si des réajustements sont possibles.

Le temps est notre allié, pas notre ennemi, et même si on se sent dépassé, notre adaptation nous permet toujours de réussir au mieux de surmonter nos échecs, de nous réajuster et de progresser !

  • Il était une fois,  une fin…

Et comme le projet et le départ se préparent, le retour se prépare aussi. Souvent oublié, négligé, le retour constitue pourtant une très grosse partie des missions. La réussite des projets dépend de cette préparation au retour tant sur place avec les institutions qui nous accueillent que pour nous. Mais nous reviendrons sur ce point important qu’est le retour dans un autre temps !

Youssra

Solidarité Internationale, oui, mais pourquoi ?

Partir jusqu’au bout du monde pour aider…  Du Burkina Faso au Pérou, en passant par le Togo, le Sénégal, Le Maroc, Le Cameroun, Madagascar, la Tunisie, la Roumanie, L’Inde, la Malaisie, le Cambodge mais aussi le Chili et la République Dominicaine, la psychomotricité s’envolent de plus en plus loin et s’étend partout dans le monde dans le cadre de missions de solidarité internationale. Pourquoi parle t -on de Solidarité Internationale, quelles sont nos motivations et enfin pourquoi la psychomotricité ?

Solidarité Internationale VS Humanitaire 

Avant d’introduire mes propos, une mise au point vocabulaire me semble primordiale. Concernant la psychomotricité je parlerais de Solidarité Internationale et non pas d’Humanitaire. En effet l’aide humanitaire est caractérisée par une intervention rapide, et  mobilisent d’autres professions médicales et paramédicales et d’autres corps de métier qui interviennent dans l’urgence et sur du court terme. Les actions des psychomotriciens relèvent à mon sens plus à de la Solidarité Internationale, liées à l’assistance, l’aide à la reconstruction, l’aide au développement, nos actions s’étendent du moyen au plus long terme.

Mais quelles sont nos motivations ? 

Tony Wheeler disait en parlant du voyage:

  « Tout ce que vous avez à faire, c’est décider de partir. Et le plus dur est fait », 

 

Justement il faut donner une grande place et une grande importance sur pourquoi décidons nous de partir. Et pour pouvoir mettre ce pourquoi en forme, le mettre en mot, il est primordial de la faire AVANT de s’engager.
Si dans un cas, partir en mission de solidarité internationale exprime une envie d’aventure, il y a une certitude qui s’affirme, tout le monde n’est pas en mesure de partir.  Ce sont des missions qui demandent des compétences tant sur le plan humain que sur le plan professionnel.
Bien sûr, il existe plusieurs sources de motivations, et là se joue un travail important qu’il faut faire avant de partir… Pour quelles raisons partons-nous ?
S’interroger sur ses motivations est ce qui va composer le socle de la mission, l’avant, le pendant et l’après mission.
Tout va s’articuler autour de cette idée, et tout va différer dans l’investissement, dans l’engagement en fonction de cette idée de base et sur ce aucun jugement de valeurs dans les propos seulement une mise au point rhétorique : faire de la solidarité internationale a pour définition celle que l’acteur concerné donne aux actions qu’il mène et qu’il juge solidaires.
Mais qu’on se le dise la solidarité internationale est avant tout une démarche personnelle, on le fait pour soi, c’est le sentiment d’autosatisfaction réelle ou fictive qui nous pousse à aller se sentir utile ailleurs.

Pourtant la notion même de solidarité internationale est de plus en plus utilisée qu’elle en devient banalisée, évidement la critique semble facile : partir en mission de solidarité internationale reviendrait maintenant à suivre la masse, pire à adopter un style badass, certains même parlent d’une mode ?
Détrompez – vous. Il faut du culot, du caractère, mais surtout un énorme investissement pour organiser, une mission, de l’énergie pour vivre une telle aventure et du courage et de la force pour le retour.

Pourquoi la psychomotricité s’affirme dans des projets de solidarité internationale ?

Tout d’abord c’est psychique : un mélange indescriptible entre le rêve de partir à l’aventure, de rencontrer et de partager autrement. Et puis c’est corporel c’est un projet qu’on porte, qu’on défend car il est différent, qui nous prend jusqu’aux tripes.
La solidarité internationale est donc le terrain de jeu parfait, c’est tout simplement une aventure psychomotrice où l’on retourne aux sources d’un échange, d’un dialogue tonico émotionnel, à la rencontre d’une autre culture, d’un autre pays, d’une autre langue, rien de mieux pour revenir aux sources, à la communication de base, celle du corps.  

Youssra

 

les 3 façons d’exercer comme psychomotricien quand le métier n’est pas reconnu

Le métier n’existe pas dans le pays dans lequel vous vous expatriez

3 solutions s’offrent à vous :

1. Le PVT permis vacances travail

Ce visa particulié vous autorise à travailler pour une durée limitée chaque pays a ses conditions .   Cette solution peut vous allez si vous souhaiter,  vous expatrier à court terme ou vous faire un réseau pour débuter et travailler en institution.

on retrouve principalement ce choix d’expatriation en Australie  au Canada et en Argentine

2. Crée son entreprise (libérale ou autoentrepreneur)

Cette solution correspond davantage aux personnes qui souhaitent vivre dans un nouveau pays car cela demande beaucoup d’engagement. On retrouve ce mode d’expatriation principalement dans les pays avec une politique  économique libérale comme au USA où en Côte d’Ivoire .

3. Les centres médicaux internationaux

Ils n’existent pas partout et il y a souvent peu de post proposer. On retrouve cette solution dans les pays avec une politique économique plus  fermée comme en Chine ou au Vietnam. Elle correspond à une expatriation  à court comme a long terme et l’organisation de travail sera proche de se que l’on retrouve en CMP  en France .

 

 

Il est toutes fois possible (d’ailleurs, tout est possible ! ) de réussir à s’intégrer dans une institution  local mais cela est assez rare et demande souvent un mélange de beaucoup de travail et d’opportunité  avec un intitulé de métier différent de psychomotricien.  Nous poursuivons nos recherches ….. 

 

Elise